JPD Conseil inc.

Quel est l’avenir manufacturier du Québec?

Partager:

Le coût du travail n’est qu’un facteur parmi d’autres du coût total lié à une délocalisation : transport, matériaux, capital, mais aussi incertitude quant à l’infrastructure sur place, corruption des autorités publiques, arbitraire politique, etc. sont autant de questions à se poser avant de délocaliser. Tous ces facteurs jouent un rôle beaucoup plus important que le seul coût du travail. Suzanne Berger, Professeur au Massachusetts Institute of Technology (MIT)

(suite…)

27 novembre 2011

4Réponses surQuel est l’avenir manufacturier du Québec?"

  1. Sébastien Giguère dit :

    Très intéressant de voir que de plus en de gens croient à un tel revirement. Cependant il est difficile d’entamer un virage puisque comme le mentionne votre article, (en général) rien n’est offert en ce sens.

    À suivre pour les prochaines décennies…

  2. Charles Lambert dit :

    Votre vision est confirmé par dans un article récent de Mario Polèse sur le développement d’un arc industriel québecois. Celui-ci s’étend grosso modo de St-Jean-sur-Richelieu à Rivière-du-Loup en passant par Sherbrooke et Granby.

    Cela s’explique par une combinaison de facteurs positifs : des salaires compétitifs (par rapport à des villes comparables en Ontario); un héritage industriel qui, souvent, favorise la reconversion industrielle ; la proximité de Montréal (ou de Québec) ; la proximité du marché américain; et sans doute, une petite dose d’esprit d’entrepreneurship proprement québécois. Voir:
    http://www.erudit.org/revue/rs/2009/v50/n1/029967ar.pdf

  3. Jacques Deschesnes dit :

    Sur le fond de l’article , je suis d accord. Mais le hic dans ce raisonnement est ce que j’appelle  » l’argent à tout prix  » De la part du fabricant c’est le profit maximum qui est recherché donc, voilà pourquoi beaucoup de compagnies pensent faire de bonnes affaires en faisant venir ou faire leurs produits d’un pays étranger ( Chine Taïwan ect ). Pas d’emploi local, transport polluant, ect .

    Le consommateur lui vise l’économie à tout prix. Dans ce sens allez voir la quantité de personnes qui magasinent chez Wall-Mart pour économiser quelques dollars .

    La vraie solution est l’éducation sur l’impact réel de l’achat local et également de la fierté de l’autonomie régionale, provinciale, nationale qui fait en sorte que la production de bien et l’achat du même bien est source de gratification autonomiste.

    Ceci amène une autre question : celle de l’évaluation de la rentabilité d’une entreprise . Est-ce toujours une question de profit maximum ou plutôt un profit moindre avec des retombées socio-économiques plus importantes.

    Il reste du pain sur la planche.

  4. Guy Lecouors dit :

    Super et malgré tout c’est un avenir encourageant

Laisser Un Message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

JPD Conseil - Créateurs d'excellence ©2014
x