JPD Conseil inc.

Cessez la chasse aux gaspillages avec le Kata d’amélioration

Partager:

L’amélioration continue à l’ancienne façon

Jean-Pierre Dubé - Amélioration continue de l'ancienne façon

Vous chassez tous les gaspillages, vous réagissez à tous les problèmes et vous mettez en oeuvre des améliorations sans connaître la direction où vous voulez allez.

Ce saupoudrage de vos efforts gaspille vos ressources, améliore peu la performance globale de votre organisation, et ne favorise pas l’apprentissage de vos équipes.

L’amélioration continue repensée

Il y aura toujours de nombreux problèmes, gaspillages et opportunités d’amélioration autour de vous.

1- Cessez la chasse aux gaspillages, ne réagissez pas à tous les problèmes, et prenez le temps de définir votre vision et vos défis d’ici 1 à 3 ans AVANT de vous lancer dans des améliorations.

Jean-Pierre Dubé - Amélioration continue de la nouvelle façon - 1

2- Prenez du recul et analysez votre condition actuelle afin d’en saisir tous les détails.

3- Établissez les caractéristiques de votre prochaine condition cible. Cette condition cible doit vous sortir de votre zone de confort. Fixez-vous un délai maximal de 1 à 3 mois pour l’atteindre. La condition cible dirigera votre attention et vos efforts d’amélioration.

Jean-Pierre Dubé - Amélioration continue de la nouvelle façon - 2

4- Réalisez plusieurs cycles rapides d’expérimentation PDSA (Plan, Do, Study, Act) pour mettre en oeuvre un changement à la fois afin d’éviter la paralysie des plans d’action. Pour plus d’information, lisez notre billet Arrêtez de faire des plans d’action qui ne vont nulle part.

Jean-Pierre Dubé - Amélioration continue de la nouvelle façon - 3

Le cycle PDSA comporte quatre étapes, chacune entraînant l’autre, et permettant l’apprentissage et l’amélioration continue.

  1. Plan: Répondez à ces questions pour lancer le cycle PDSA : Quel changement désirez-vous tester? Pourquoi? Quels résultats espérez-vous? Quelle est votre hypothèse? Quand pourrons-nous voir ce que vous apprit en testant ce changement?
  2. Do: Mettez en oeuvre le changement.
  3. Study: Apprenez des résultats obtenus.
  4. Act: Adaptez vos prochaines actions.

Jean-Pierre Dubé - Cycle PDSA (Plan, Do, Study, Act)

Vous pourrez ainsi apprendre et ajuster vos actions afin de progresser rapidement, de manière itérative, et avec un minimum d’effort vers la condition cible.

La différence entre l’ancienne et la nouvelle façon de faire en amélioration continue

Jean-Pierre Dubé - L'ancienne et la nouvelle façon de l'amélioration continueChasser les gaspillages et réagir aux problèmes est nécessaire, mais pas suffisant pour une réelle amélioration continue de votre organisation. Tous vos employés devraient constamment expérimenter, apprendre et améliorer vos façons de faire.

Merci de commenter ce billet et de le partager sur Twitter, Linkedin, Google+ et Facebook en utilisant les boutons ci-dessus.

Vous aimeriez en savoir plus sur un sujet touchant l’innovation ou l’excellence opérationnelle. N’hésitez pas à nous soumettre votre sujet pour la rédaction d’un futur billet.

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque semaine du contenu exclusif et GRATUIT sur l’innovation et l’excellence opérationnelle.

20 janvier 2013

6Réponses surCessez la chasse aux gaspillages avec le Kata d’amélioration"

  1. Alain Coursol dit :

    Bonjour,

    Le texte est fort intéressant pour remettre les pendules à l’heure. Par contre, je ne suis pas d’accord avec le fait qu’il y ait une ancienne et nouvelle méthode. L’enseignement que j’ai reçu, il y a déjà plusieurs années, prônait la chasse au gaspillage… Et exactement, dans l’objectif que vous soulevez ou du moins que vous avancez.

    De mon point de vue, il y a eu trop de sous entendu dans le passé, soit à cause de mauvais « coach », pour utiliser ce mots à la mode, ou d’apprenti qui voulait bien entendre ce qu’il comprenait et ensuite, il diffusait cette information. Et après réflexion, il y a souvent eu de mauvais « Maître » qui s’improvisait comme consultant.

    En fait, la chasse du gaspillage « à tout vent » n’a jamais été l’objectif des grands Maîtres.

    Pour terminer, même pour ceux qui font de la chasse, au sens courant du terme, comprenne qu’il y a des règles de l’art. Maintenant, il y en a certains qu’ils le font sans s’y soucier. Pourtant, la réelle chasse ne signifie pas de tirer sur tout ce qui bouge. Un choix s’impose et une analyse du territoire est nécessaire. Premièrement, est-ce le temps de la chasse pour ce type de gibier? Quel est le but de tuer cette bête ? Est-elle trop jeune? Est-ce que j’ai atteint mon quota face à mes objectifs et/ou contraintes (règles) qui me sont imposés ou que j’ai fixés? Bref, vous comprenez sûrement mon propos.

    En tout cas, je vous félicite pour vos différents commentaires. Par contre, je me devais d’y répondre, ou d’y ajouter un bémol suite à la lecture.

    • Alain, merci pour votre commentaire. Il y a une énorme différence entre la théorie et la réalité. Mes projets et rencontres avec quelques centaines d’organisations m’amènent à penser que la chasse aux gaspillages est rarement faite selon les règles de l’art. La plupart des organisations mettent en œuvre des améliorations avec une vision départementale (en silo) sans connaître leurs chaînes de valeur et la voix de leurs clients (analyse du territoire). Lire mes billets http://jeanpierredube.com/2011/05/01/cartographie-chaine-de-valeur/ et http://jeanpierredube.com/2012/11/04/voix-du-client/ pour plus d’information.

      • Alain Coursol dit :

        Bonjour,

        Maintenant je suis d’accord. J’ai aussi couvert pas mal de terrain et il y a en effet trop souvent d’improvisation.

        Bref, la nouveauté devrait se situer dans le message suivant: « revenir sur les bases initialement enseignées et surtout les mettre en oeuvre dans des conditions clairement maîtrisées ».

        Bon succès,

  2. Sylvie Talbot dit :

    Bonjour!

    Bonne idée l’histoire de lièvre. J’ai, à mon bureau, une tortue en peluche. Je me sers de cette tortue lorsqu’il y a des lièvres qui essaient de nous faire déroger de notre vision à long terme. Petit pas par petit pas. Manger l’éléphant à petites bouchées. Si nous commençons 10 choses en même temps, rien n’avance vraiment. Juste le temps de se remettre «dedans» comme on dit fait en sorte de tourner en rond… pas très efficace. Et arrêter de penser et le faire. Après, nous pouvons toujours l’améliorer! L’humilité d’essayer des choses et d’accepter de se tromper afin d’essayer autre chose.

    J’aime bien l’image du pompier qui essaie d’éteindre les feux… toujours tellement dans l’action et à court terme. Prendre du recul et analyser la situation actuelle et se poser la question suivante : pourquoi, pourquoi, pourquoi… ça nous aide à comprendre que le statu quo n’est souvent pas la solution idéale.

    Bonne journée!

    • Bonjour Sylvie. Merci pour votre commentaire. Que diriez-vous d’écrire un billet qui décrit l’expérience de votre groupe chez Desjardins? Ce billet d’environ 400 mots pourrait résumer vos bons et mauvais coups, et vos recommandations pour assurer le succès d’une démarche d’amélioration. Je vous propose de publier votre expérience sur mon blogue. Plus de 24 000 visiteurs uniques ont lu près de 128 000 billets sur mon blogue en 2012 (selon Google Analytics).

Laisser Un Message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

JPD Conseil - Créateurs d'excellence ©2014
x